Recherche
Ouvrage
en 3 volumes
Des profondeurs océaniques au laboratoire s’adresse aux lecteurs curieux attirés par les voyages, l’histoire et les sciences (volume 1). Les étudiants, les chercheurs et les formateurs en physique, mécanique des fluides, océanographie, trouveront matière à approfondir leurs connaissances (volumes 2 et 3).
L’expédition scientifque du H.M.S. Challenger dans les années 1870 marque le point de départ de l’océanographie physique. Cette croisière a sillonné les mers du globe en poursuivant un double objectif : étudier la vie animale en profondeur et observer les propriétés physiques des eaux océaniques. C’est autour de cette croisière, de ses apports et de  ses prolongements actuels dans le domaine de la physique, que l’ouvrage décrit un « voyage au Þl et au travers de l’eau » en portant un regard croisé sur l’histoire des hommes, l’histoire des sciences et des regard croisé sur l’histoire des hommes, l’histoire des sciences et des techniques, la géographie terrestre et sous-marine, la dynamique et la thermique des océans et les sciences relatives à la compressibilité des liquides.

Le volume 1 (250 p.) richement illustré, relate l’expédition du Challenger et aborde la problématique de la mesure des grandes profondeurs. Une approche théorique de la vitesse d’immersion d’une sonde est également proposée, ainsi qu’une présentation de quelques résultats de relevés bathymétriques et d’observations physiques effectuées par les scientiÞques du Challenger.

Le volume 2 (236 p.) analyse et exploite pour la première fois les mesures physiques collectées par les scientiÞques du Challenger et montre que ces relevés permettent d’établir le lien entre la circulation océanique et la distribution de la température de l’océan.

Le volume 3 (368 p.) s’intéresse plus particulièrement à la mesure et à la modélisation de la compressibilité des liquides. À partir des travaux initiés par le physicien Peter Tait, une présentation détaillée des équations d’état des liquides est proposée. L’interprétation physique des paramètres de ces équations est discutée et conduit à une description de la « structure » des milieux liquides.

Les auteurs

Chargé de recherches au CNRS au Laboratoire d’Électrostatique et de Matériaux Diélectriques (LEMD) puis au Laboratoire de Génie Électrique de Grenoble (G2Elab), Frédéric Aitken a également été président de la section Alpes de la Société Française de Physique.

Jean-Numa Foulc est professeur honoraire de l’Université Grenoble Alpes. Il a été enseignant-chercheur successivement aux Universités de Rouen, Montpellier et Grenoble (Polytech Grenoble). Il est actuellement chercheur au G2Elab.
Mis à jour le  19 décembre 2018