Société
Ouvrage
Cet ouvrage apporte quelques réflexions sur la violence, sur les violences en droit pénal et en criminologie.

Il y a 40 ans était institué par décret du 28 février 1978 - abrogé en 1983 - un Comité National de Prévention de la Violence et de la Criminalité, faisant suite au fameux Rapport Peyreffitte sur la violence (Réponses à la violence, La documentation française, 1977). On pouvait y lire qu'à l'augmentation de la violence criminelle alors constatée s'ajoutait "une violence ordinaire : comme si la vie elle-même devenait violente. Une agressivité nouvelle marque les relations personnelles et sociales. Les voies de fait se multiplient. L'injure, la pression physique, la séquestration, l'explosif, entrent dans l'arsenal des compétitions et des revendications. La destruction, le saccage, souvent mineurs, souvent gratuits, font partie des moyens d'expression. Un sentiment d'insécurité générale est apparu, qui lui-même peut engendrer la violence, dans une société où la règle de droit n'entraîne plus un consensus général, et où certains sont tentés de se faire justice eux-mêmes".


C'était le début d'une politique dite sécuritaire qui devait faire face, depuis lors, à une diversification, voire une amplification des phénomènes de violence.

Quel regard porter aujourd'hui sur les nouvelles formes de violence ? Le présent ouvrage apporte quelques réflexions sur la violence, sur les violences en droit pénal et en criminologie. Il est le fruit de travaux produits à l'Institut de sciences criminelles de Grenoble au cours de l'année écoulée.
Mis à jour le  6 novembre 2018