Crédit Nadia Probst
Crédit Nadia Probst
Culture
Article
Le 26 novembre 2019 s'est déroulée la cérémonie de réception de l'œuvre de street art réalisée sur la façade du bâtiment de l'Institut des Médias et de la Communication (ICM) de l'Université Grenoble Alpes à Échirolles par le collectif Monkey Bird. Ce geste artistique fort marquera la tenue du congrès national de la Société française des sciences de l'information et de la communication (SFSIC) qui se déroulera en juin 2020 suite à l'invitation du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Gresec) et s'inscrit également dans la prochaine édition du Street Art Fest Grenoble Alpes.
Ce projet est initié notamment par Jean-Philippe De Oliveira, directeur du Département Information Communication de l'UGA et par un comité d'usagers du bâtiment composé d'étudiants, doctorants, personnels et enseignants-chercheurs. Le centre d'art Spacejunk, Grenoble Alpes Métropole et la ville d'Échirolles, partenaires du projet, y ont été étroitement associés et un travail préparatoire a également été conduit avec les architectes du bâtiment qui ont donné leur accord et leurs préconisations. La Communauté Université Grenoble Alpes contribuera à la valorisation de l'œuvre, qui rejoindra l'importante collection d'œuvres d'art de l'université, dans l'espace public et dans les bâtiments universitaires.
 
Le choix s'est porté sur une fresque de street art sur la façade principale de l'ICM, donnant sur l'arrêt de tram A La Rampe - centre ville. Le travail de concertation entre les partenaires du projet a abouti à l'invitation des Monkey Bird, dont la fresque a été réalisée entre le 20 et le 26 novembre 2019.

L'événementiel associé à cette œuvre sera constitué de deux temps forts :
  • La réception de l'œuvre le 26 novembre 2019 en présence des artistes, qui rassemblera des représentants de l'Université Grenoble Alpes, de Grenoble Alpes Métropole, de la ville d'Échirolles, du comité d'usagers de l'ICM et du centre d'art Spacejunk.
  • Une inauguration officielle, festive et ouverte à tous, sera organisée au moment du congrès de la SFSIC et dans le cadre du Street art Fest Grenoble Alpes en juin 2020.
Cérémonie de réception de l'oeuvre en présence des artistes et porteurs du projet
Cérémonie de réception de l'œuvre réalisée sur la façade de l'ICM
Crédit Thierry Morturier

Le collectif Monkey Bird

Les pochoirs d'Édouard Egéa et Louis Boidron, artistes réunis dans le collectif Monkey Bird, peuplent déjà de nombreuses grandes villes européennes, notamment Paris, Berlin, Lille, Bordeaux ou Amsterdam. Le duo enchaîne également les expositions et les installations monumentales.
 
La ville de Grenoble les a déjà accueillis deux fois, avec l'immense œuvre de 32 mètres de haut Les Paons, réalisée sur le grand mur du Lycée Mounier lors de l'édition 2016 du Street Art Fest Grenoble Alpes (l'un des plus grands pochoirs jamais réalisé au monde), et leur monumentale intervention de 2017, La Courbe, dans le complexe AReymond cours Berriat.
 
Leur univers onirique est riche de nombreuses références à un bestiaire mythologique et à l'histoire des arts, des sciences, de l'antiquité ou de l'architecture. Leurs pochoirs blancs sur fonds noirs, souvent rehaussés d'or, apportent une proposition graphique à la fois traditionnelle, reconnaissable par tous dans ses références visuelles, et futuriste dans sa forme.

Street art : le collectif Monkey Bird s'empare de la façade de l'Institut des Médias et de la Communication de l'UGAStreet art : le collectif Monkey Bird s'empare de la façade de l'Institut des Médias et de la Communication de l'UGA
Street art : le collectif Monkey Bird s'empare de la façade de l'Institut des Médias et de la Communication de l'UGAStreet art : le collectif Monkey Bird s'empare de la façade de l'Institut des Médias et de la Communication de l'UGA
Crédit Nadia Probst
Publié le 26 novembre 2019
Mis à jour le 26 novembre 2019

Vous aimerez peut-être aussi