Frédéric Saudou et Peter van der Beek, enseignants-chercheurs UGA lauréats 2018 d'un ERC Advanced Grant
Frédéric Saudou et Peter van der Beek, enseignants-chercheurs UGA lauréats 2018 d'un ERC Advanced Grant
Campus
Article
Fin mars, le Conseil européen de la recherche annonçait la sélection des lauréats pour l'ERC Advanced Grant 2018. Peter van der Beek, enseignant-chercheur en sciences de la Terre au laboratoire ISTerre / OSUG, et Frédéric Saudou professeur en neurobiologie et directeur du GIN, ont tous deux reçu l'une de ces bourses prestigieuses qui récompensent l'excellence scientifique.
Les bourses Advanced Grant permettent à des scientifiques reconnus dans leur domaine, au niveau national et international, de mener des projets novateurs à haut risque qui ouvrent de nouvelles voies dans leur discipline ou dans d’autres domaines. En 2018, parmi les 222 projets retenus sur 2052 soumis, 31 sont basés en France.

Peter van der Beek lauréat pour son projet COOLER

Parmi les 10 projets retenus en Sciences de la Terre et de l’Environnement, figure le projet COOLER (Climatic Controls on Erosion Rates and Relief of Mountain Belts) proposé par Peter van der Beek enseignant-chercheur au laboratoire ISTerre / OSUG.

Les interactions entre tectonique, érosion et climat jouent un rôle fondamental dans l’évolution à long-terme du climat terrestre. Leur compréhension est nécessaire afin de différencier les forçages naturels des forçages anthropiques du climat. Le projet COOLER a pour objectif d’améliorer la compréhension des rétroactions entre les processus tectoniques dans la lithosphère et les processus climatiques dans l’atmosphère.

La Mer de Glace, l’un des plus grands glaciers des Alpes, a entaillé profondément le Massif du Mont-Blanc. Les glaciers sont des agents d’érosion et d’évolution du relief importants ; le projet ERC obtenu par Peter van der Beek vise à comprendre et quantifier leur rôle.

> En savoir plus sur le projet COOLER

Frédéric Saudou lauréat pour son projet sur la maladie de Huntington

Frédéric Saudou étudie avec son équipe, les mécanismes moléculaires à l’origine de la neurodégénérescence dans la maladie de Huntington (HD).

"Nous avons découvert il y a plusieurs années qu'une fonction importante de HTT, la protéine qui, lorsqu'elle est mutée, provoque la HD, joue un rôle crucial dans le transport axonal de petites vésicules contenant des facteurs trophiques. Ce transport, lorsqu'il est modifié, a un effet délétère sur le cerveau. Plus récemment, nous avons identifié un nouveau mécanisme par lequel une enzyme spécifique fournit de l'énergie au transport axonal. Notre hypothèse est que la HTT est clé pour réguler cet approvisionnement en énergie et que des défauts de ce mécanisme pourraient être liés à la maladie de Huntington."

Ce projet devrait permettre de comprendre comment HTT régule le transport axonal et comment l'homéostasie énergétique joue un rôle dans la maladie de Huntington et potentiellement dans d'autres anomalies neurodégénératives liées à des anomalies du trafic intracellulaire.

> En savoir plus sur le projet sur la maladie de Huntington
 
Publié le 9 mai 2019
Mis à jour le 10 mai 2019

Vous aimerez peut-être aussi