Crédit Pierre Jayet
Campus
Article
Lundi 7 mai 2018 au matin, 580 étudiants de l'UFR "Arts et sciences humaines" et de l'UFR "Sciences humaines et sociales" étaient convoqués pour passer leurs partiels à la galerie des amphithéâtres, bâtiment Pierre Mendès France, sur le campus de Saint-Martin-d'Hères de l'Université Grenoble Alpes. Aux alentours de 6h30, une vingtaine de bloqueurs ont commencé à entraver les accès au bâtiment, en usant de violence à l'égard des agents de sécurité (envoi d'excréments notamment), ce qui a contribué à faire monter la tension. Ils ont ensuite fait savoir qu'ils étaient déterminés à rester.
"Au vu des tensions depuis plusieurs semaines entre bloqueurs et étudiants désireux de passer leurs examens, je ne pouvais laisser seuls face à face des bloqueurs et des étudiants qui souhaitent aller passer leurs examens. Aussi, j'ai demandé l'intervention des forces de police. Les bloqueurs ont souhaité rester malgré la présence des forces de l'ordre, et se sont volontairement affrontés avec les forces de police, entravant par là même le passage d'étudiants qui souhaitaient malgré tout intégrer le bâtiment (entrave vers l'accès au cordon de sécurité, insultes...).

Au regard de la tournure des événements, avec un niveau de tension croissant, il était devenu impossible de laisser les étudiants passer leurs examens à l'heure prévue. Pour les protéger, et compte tenu de l'état de stress dans lequel certains ont pu être mis - évidemment défavorable au passage de leur partiel, j'ai demandé le report des examens prévus à la galerie des amphithéâtres à 8h et à 11h. Les examens organisés dans les autres bâtiments, y compris le bâtiment Stendhal, se sont tous tenus sans problème.

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, je dénonce toute violence, notamment celle d'une trentaine de bloqueurs, empêchant le libre accès des personnels et de centaines d'étudiants à un bâtiment de l'université et ce faisant la tenue d'examens. Je réitère mon accord pour des discussions ouvertes et sereines, comme je le fais chaque semaine lors d'un échange avec les syndicats étudiants représentatifs.

Afin de préserver la valeur des diplômes de l'Université et de respecter l'ensemble des étudiants, je réaffirme, comme exposé depuis le début des événements, qu'il n'y aura aucun aménagement d'épreuve. La Présidence mettra tout en œuvre avec l'appui de l'administration pour la tenue effective des examens tels que prévu dans le règlement des études de chaque diplôme. "

Patrick Lévy
Président de l'Université Grenoble Alpes


Publié le 7 mai 2018
Mis à jour le 14 mai 2018

Vous aimerez peut-être aussi