Culture
Galerie d’images
Lorsqu’en 2014, à l’occasion du vernissage de son exposition au Musée de Grenoble, Giuseppe Penone, rencontre le physicien Joël Chevrier, professeur à l'Université Grenoble Alpes et chercheur à l’Institut Néel, il lui demande : "pourriez-vous sculpter un grain de sable ?"

De ce défi, relevé avec Cino Viggiani, professeur à l'Université Grenoble Alpes et Edward Andò, ingénieur de recherche CNRS, tous deux spécialistes du comportement des sables au laboratoire "Sols Solides Structures Risques" (3SR - CNRS / Grenoble INP / Université Grenoble Alpes), naîtra une série d’oeuvres d’art intitulées "Essere vento" (être vent) au centre desquelles il y a deux petits grains de sable, l’un façonné par le vent, les chocs et les frottements, l’autre taillé à l’identique au laser…

La nature, une source inépuisable d'inspiration pour Giuseppe Penone

Giuseppe Penone est l’une des figures essentielles de l’Arte povera, l’Art pauvre. Contestataire et poétique, ce mouvement artistique, né en Italie à la fin des années 60 en opposition à l’industrie culturelle et la société de consommation, sublime la pauvreté des matériaux employés : cailloux, terre, bois, végétaux, plumes, cheveux, corde, chiffons, graphite, etc. Inspirées par la nature et le corps, les oeuvres de Giuseppe Penone fascinent par leur simplicité et leur précision, leur élégance et leur sensibilité.

Du fleuve au vent

Dans les années 80, Giuseppe Penone expose une oeuvre intitulée Essere fiume (être fleuve) où deux pierres semblables sont placées côte à côte. L’une, extraite d’une rivière, a été façonnée par l’eau, tandis que l’artiste a sculpté l’autre, à l’identique, dans une pierre de la même roche prélevée dans une carrière en amont de la rivière. Leur face à face surprend, car dans la nature, une pierre ne peut avoir de double. L’envie vient alors à l’artiste de réaliser le même travail sur des grains de sable pour reproduire l’action du vent, comme il avait tenté de reproduire celle de l’eau. Un changement d’échelle techniquement irréalisable jusqu’à sa rencontre avec les chercheurs grenoblois en 2015.

"Les chercheurs n'abandonnent pas facilement.
C'est peut-être quelque chose qu'ils ont en commun avec les artistes."

Joël Chevrier

"Les scientifiques ont une idée et ils cherchent le chemin pour la réaliser.
J'ai une démarche semblable."

Giuseppe Penone

 
Cliquez sur les images pour les agrandir

Atelier de Giuseppe Penone © studio Penone Tri des grains © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Tri des grains © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Tri des grains © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Analyse et modélisation des grains de sable © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Analyse et modélisation des grains de sable © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Analyse et modélisation des grains de sable © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Première exposition à Aix-en-Provence © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Essere vento, 2015 © Cino Viggiano - Laboratoire 3SR Essere vento, 2015 © Thierry Morturier / Dircom UGA Essere vento, 2015 © Thierry Morturier / Dircom UGA Essere vento, 2015 © Thierry Morturier / Dircom UGA Dévoilement © Thierry Morturier / Dircom UGA Dévoilement © Thierry Morturier / Dircom UGA
  • 1. Septembre 2015, séance de travail dans l’atelier de Giuseppe Penone (à gauche) à Turin. Avec Cino Viggiani (à droite) et Joël Chevrier (au centre), l’artiste observe les grains de sable en microscopie optique (© Studio Penone).
     
  • 2,3 & 4. Tri des grains de sable avant de choisir les paires qui seront envoyées à l’entreprise M.U.L. à Toulouse pour être usinées au laser par Christophe Carrière et Mathieu Gouhaut. Les paires de grains, l’original et sa copie, seront ensuite incluses dans les différentes oeuvres de la série Essere vento (© Cino Viggiani / Laboratoire 3SR).
     
  • 5, 6 & 7. Avant d’être sculptés, les grains de sable sont passés au tomographe à rayons X afin d’analyser leur état. Ils sont également modélisés précisément en 3D pour préparer l’usinage laser (© Cino Viggiani / Laboratoire 3SR).
  • 8. Une première paire de grains «jumeaux » a été exposée au Château La Coste à Aix-en-Provence en novembre 2017, intégrée dans un tronc de bois fossile (© Cino Viggiani / Laboratoire 3SR).
     
  • 9. C’est en visitant la halle d’expérimentation du laboratoire 3SR que Giuseppe Penone a finalement l’idée de l’oeuvre qu’il laissera à Grenoble. Un sac de sable posé sur le sol l’inspire : comme un écho aux recherches menées ici, il lui servira de moule pour couler du ciment et créer le réceptacle de ses grains (© Cino Viggiani / Laboratoire 3SR).
     
  • 10, 11 & 12. Au centre de Essere vento, 2015, il y a donc ces deux petits grains de sables de quelques millimètres, quasiment identiques : l’un, modèle, façonné par le vent, l’autre, copie, sculpté par l’Homme essayant en quelque sorte de reproduire l’histoire du premier, faite de chocs et de frottements qui se sont imprimés sur lui et lui ont donné sa forme (© Cino Viggiani / Laboratoire 3SR).
     
  • 13. Essere vento, 2015 restera exposée au laboratoire durant trois ans avant de rejoindre les collections du musée de Grenoble. L’artiste a fait don de cette oeuvre à la ville de Grenoble © Thierry Morturier / Université Grenoble Alpes.
     
  • 14. Le 4 décembre 2018, l’oeuvre Essere vento, 2015 est dévoilée par Patrick Lévy, Président de l’UGA, Martine Jullian, conseillère municipale de Grenoble, déléguée au patrimoine historique et à la mémoire, Guy Tossato, directeur du musée de Grenoble et Robert Peyroux, directeur du Laboratoire 3SR © Thierry Morturier / Université Grenoble Alpes.
Publié le 25 janvier 2019
Mis à jour le 29 janvier 2019

Vous aimerez peut-être aussi