Éducation
Article
Répondre au mieux aux besoins spécifiques des étudiants internationaux dans leur apprentissage du français, tel est l’objectif premier du projet eFLE. En faisant évoluer son offre de cours intensifs par la création de parcours complémentaires en ligne, le Centre universitaire d'études françaises (CUEF) aborde le numérique dans une démarche à la fois innovante et collaborative..

Un projet unique, pour des besoins très spécifiques

Pratiquer plus, réécouter la prononciation d’un mot, revoir un point particulier du cours, s’entrainer sans avoir la "pression du groupe" sont autant de nécessités pour les étudiants internationaux qui découvrent le français. En intégrant à la formation intensive des activités complémentaires en ligne, le projet eFLE aide ces étudiants à se sentir plus en confiance. Pour Elsa Crozier, directrice adjointe du CUEF et porteuse du projet, eFLE répond aussi à la demande d’une génération habituée aux outils numériques et se rapproche de la "culture scolaire" de beaucoup d’étudiants internationaux.

Autonomie et hybridation au cœur du projet eFLE

Sur les 80 heures mensuelles de cours intensifs en français langue étrangère (FLE) proposées par le CUEF, 10 heures sont à réaliser en ligne sur la plateforme pédagogique Moodle. Chaque début de mois, l’étudiant a accès à l’ensemble des activités numériques associées à son niveau et s’organise comme il le souhaite. Un calendrier de travail permettant de le guider est toutefois proposé et une évaluation, visant à valoriser le travail réalisé en ligne, a lieu après 9h de travail.

Le parcours eFLE fonctionne en autonomie complète. Chaque enseignant est donc libre de choisir la formule d’hybridation qui lui convient : utiliser les activités en ligne comme "devoirs", comme un rappel ou encore comme un complément du cours.

Une aide à l’apprentissage, déjà très appréciée par les étudiants

Actuellement en phase de test sur le parcours de niveau A1 auprès d’une trentaine d’étudiants, le projet eFLE fait émerger des retours déjà très positifs pour les usagers, qui se sentent soutenus dans leur apprentissage. La différenciation permise par le parcours en ligne est un réel plus pour l’étudiant qui s’approprie les ressources à son rythme et selon ses besoins, en mettant en place sa propre stratégie d’apprentissage. Pour ceux qui souhaitent aller plus vite, une logique de classe inversée peut être amorcée, avec la découverte de contenus en amont du cours.

L’analyse des premiers usages de la plateforme révèle que les étudiants se prennent au jeu et les résultats sont visibles. Ils se connectent en dehors des heures de cours, sans relance des enseignants. La grande majorité refait les exercices jusqu’à atteindre un pourcentage de réussite satisfaisant et consulte les explications associées aux réponses. Le travail sur la rétroaction (explications disponibles sur la justesse ou les points faibles de la réponse choisie par l’étudiant) réalisé par les enseignants s’avère essentiel et contribue à la richesse de l’outil.

Des ressources entièrement conçues par l’équipe pédagogique du CUEF et le CNP

Le projet eFLE réunit une dizaine d’enseignants concepteurs, accompagnés par une ingénieure pédagogique et l’équipe audiovisuelle du Centre des Nouvelles Pédagogies (CNP). Ensemble, ils ont défini le scénario global des parcours, créé des scénarios détaillés, puis réalisé et intégré les contenus rédactionnels et audiovisuels sur la plateforme Moodle. Récemment, a été décidée la mise en place d’un comité de relecture et de validation des contenus par les pairs. De ce travail d’équipe "artisanal", réalisé avec le souci de l’amélioration continue, résultent des ressources de qualité, 100% indépendantes.

Le CUEF, en route vers une culture pédagogique partagée

Le travail de groupe, indispensable à la mise en place de ces parcours complémentaires, apporte beaucoup à l’équipe enseignante qui est amenée à s’interroger sur le fonctionnement d’une équipe projet et sur de nouvelles pratiques pédagogiques. "Cette expérience nous aide à construire une culture pédagogique partagée" assure Elsa Crozier. "Avec l’arrivée du numérique, on se pose de nouvelles questions et on partage nos questionnements."

Au-delà du FLE, un dispositif reproductible à d’autres langues

Suite à cette première étape réussie, l’équipe projet travaille actuellement sur la conception du niveau A2 et compte développer le niveau B1 d’ici 2020. Avec des parcours uniques et complètement autonomes, eFLE constitue un réel appui à l’apprentissage du français pour les étudiants internationaux et s’avère être une formidable expérience de coopération pour l’équipe pédagogique du CUEF. Conçu pour être reproductible, le projet eFLE pourra par la suite être adapté à d’autres langues du référentiel européen.
Publié le 13 mars 2019
Mis à jour le 19 août 2019

Vous aimerez peut-être aussi