Éducation
Article
Première université de France à expérimenter la pédagogie inversée pour la première année de médecine en 2006, l’Université Grenoble Alpes continue d’innover pédagogiquement pour améliorer la formation et la réorientation des 1 600 étudiants inscrits à la Première année commune aux études de santé (PACES).
Depuis 2006, pour rendre plus équitable la PACES et permettre à tous les étudiants de disposer de supports pédagogiques de qualité, l’Université Grenoble Alpes (anciennement Université Joseph Fourier), propose à ses étudiants une plateforme numérique de travail MedaTice qui leur permet d’apprendre de façon autonome en amont des cours de restitution avec les enseignants et d’être accompagnés en petits groupes par des tuteurs étudiants.

À ce dispositif de pédagogie inversée, s’ajoute cette année, grâce à l’adhésion et au soutien des étudiants et de leurs représentants, avec l’aval du ministère et un financement de l’Idex grenoblois, deux grandes innovations pour favoriser la diversification du recrutement dans les métiers de la santé et un apprentissage de qualité.

Les deux nouveaux volets expérimentés en 2017-2018 à Grenoble :

  • La réorientation systématique et précoce des candidats à l’issue des premières épreuves de contrôle continu fin octobre grâce à la mise en place du contrôle continu intégral qui remplace le concours en deux sessions en janvier et juin
  • La diversification du recrutement par la mise en place d’une admission hors PACES en 2e année des études de santé pour des étudiants de licence 3 particulièrement brillants et motivés pour les métiers de la santé

Réorientation précoce et contrôle continu

Le contrôle continu s’effectue à partir de la 8e semaine de cours. Il s’agit d’un contrôle hebdomadaire de deux matières par étudiant. L’évaluation d’une durée de 20 minutes est entièrement dématérialisée. Chaque étudiant répond à un QCM sur tablette en utilisant le dispositif grenoblois déjà  utilisé dans les 2es et 3es années de médecine et qui a fait école au plan national dans le cadre des épreuves classantes qui utilisent également avec la même technologie.

Le contrôle continu entraîne un nouveau calendrier en deux semestres bien distincts : fin du premier semestre le 22 décembre et reprise début janvier avec reprise du contrôle continu hebdomadaire en février.

La réorientation systématique précoce va s’effectuer à l’issue des deux premières épreuves de contrôle continu afin de reclasser 15% des étudiants ayant obtenu les notes les plus basses.

Dès le mois de novembre, ces étudiants pourront suivre la licence Biotechnologie Santé adossée à la PACES avec la même équipe d’enseignants afin de reprendre mais avec un rythme plus adapté, les notions abordées en début de PACES.

Cette réorientation précoce sera également accompagnée par la Direction de l’orientation et de l’insertion professionnelle de l’Université Grenoble Alpes (DOIP) qui proposera aux étudiants que le souhaitent un module Tremplin de découverte du milieu professionnel.

Des réorientations volontaires d’étudiants pourront aussi se faire en novembre ou fin décembre à l’issue du 1er semestre, pour rejoindre les licences de l’Université Grenoble Alpes mais également de l’Université Savoie Mont-Blanc, partenaire du dispositif.

Diversification du recrutement en deuxième année des études de santé

Afin de diversifier les publics qui se forment aux métiers de la santé, l’Université Grenoble Alpes propose également dès cette année un dispositif pour permettre à des étudiants de L2, toutes disciplines confondues, de choisir un enseignement transversal à choix "Connaissance scientifique médicale pour les études de santé".

À l’issue de leur deuxième année, s’ils remplissent des critères d’excellence dans leur domaine et dans cet enseignement, ces étudiants pourront ensuite, s’ils obtiennent brillamment leur L3, faire un stage en milieu médical puis être recrutés directement en deuxième année des études de santé sans avoir validé la PACES. Ce dispositif a pour objectif de recruter des étudiants avec des parcours moins linéaires qui peuvent aussi être issus de filières en sciences humaines et sociales, avec une motivation particulière pour les métiers de la santé.

10% des places du numérus clausus de chacune des filières seront réservées à ce nouveau public de futurs médecins en 2019.

Le numérus clausus 2016-2017 à Grenoble : 190 places en médecine ; 97 places en pharmacie ; 37 places en maïeutique ; 17 places en odontologie.

Cette expérimentation a reçu le soutien de l’Idex grenoblois pour financer notamment un personnel de scolarité supplémentaire, la migration de la platefome Medatice vers Sides, la rémunération d’une petite partie des heures supplémentaires des enseignants de la PACES qui ont élaboré les nouveaux supports d’évaluation du contrôle continu.

 
Publié le 20 septembre 2017
Mis à jour le 10 septembre 2019

Vous aimerez peut-être aussi