Sciences et technologies
Article
Une équipe de scientifiques et de médecins du CHU Grenoble Alpes et de l’Université Grenoble Alpes a lancé fin mars une recherche bioclinique sur le COVID-19 qui a pu être mise en œuvre grâce au soutien de la Fondation UGA et de ses mécènes. 160 000 euros de dons ont pu être rassemblés en 2 semaines grâce au soutien de la Fondation Air Liquide, de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, de bioMérieux, de la MGEN de la Banque Populaire AURA, de la Compagnie de Chauffage et de GEG.
« Certains patients atteints du COVID-19 présentent vers le 8e jour une forme grave de la maladie, une atteinte respiratoire sévère responsable de presque tous les séjours actuels en réanimation. Notre objectif est de mieux comprendre cette aggravation tardive pour mieux l’anticiper et la prendre en charge. » précise le Pr Olivier Epaulard, infectiologue au CHU Grenoble Alpes, qui co-porte le projet avec le Dr Audrey Le Gouellec et le Pr Bertrand Toussaint, tous deux biologistes médicaux au CHUGA et chercheurs au sein du laboratoire TIMC-IMAG (CNRS / UGA / Grenoble INP-UGA).

Équipe étude biomarqueurs COVID-19
Photo de l’équipe qui porte le projet scientifique. De gauche à droite : Bertrand Toussaint, Professeur d’université, praticien hospitalier en biologie médicale UGA/CHUGA, Olivier Epaulard, PUPH en maladies infectieuses UGA/CHUGA, Audrey Le Gouellec, Maitre de conférence, praticien hospitalier en biochimie médicale (UGA/CHUGA).

Il s’agit d’être en capacité de mieux appréhender le phénomène d’« emballement » secondaire du système immunitaire et d’adapter la prise en charge de ces patients avant l’aggravation de leur état, en particulier en utilisant des médicaments actifs sur l’immunité. Cette étude devrait permettre d’identifier des biomarqueurs prédictifs pour guider le recours à de telles thérapeutiques immunomodulatrices à court et moyen terme. Jusqu’à 25% des patients pourraient bénéficier d’un traitement adapté et qui améliorerait leur pronostic vital. Il s’agit également de répondre à terme à un enjeu majeur de santé publique, à savoir la collecte et la mise en forme dans une base unique de données de santé variées (cliniques, biologiques, imagerie..) qui puisse être partageable entre les centres et utilisable pour des approches algorithmiques modernes.

Des mécènes très fortement impliqués autour de la Fondation

La Fondation UGA soutient ce projet depuis son lancement, elle avait débloqué dès le mois de mars une aide d’urgence de 20 000 €. « En cette période de pandémie, l'utilité sociale de la Fondation UGA s'incarne dans cette action de soutien en urgence de nos scientifiques grenoblois. Je tiens ici à saluer le travail remarquable de nos chercheurs et à remercier l'ensemble des mécènes qui ont tout de suite répondu présents pour contribuer au financement de cette recherche bioclinique sur les biomarqueurs du COVID-19. », souligne Patrick Lévy, président de la Fondation. En effet, les partenaires mécènes de la Fondation UGA se sont largement mobilisés. Avec le soutien de la Fondation Air Liquide, de la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, de bioMérieux,de la Banque Populaire AURA,de la MGEN, et de deux entreprises publiques locales, la Compagnie de Chauffage et GEG, plus de 160 000€ ont été réunis à ce jour et l’étude scientifique a pu démarrer début avril. À ce jour, presque 200 patients ont fait l’objet d’explorations biologiques poussées.

« La Fondation Air Liquide soutient naturellement ce projet car il s'inscrit parfaitement dans son action « COVID-19 » et poursuit sa collaboration avec la Fondation UGA » commente Jean-Marc de Royere, président de la Fondation Air Liquide.

« Participer à cette étude bioclinique sur le COVID-19 nous paraît essentiel et parfaitement en accord avec le soutien historique que nous apportons à la recherche et l’innovation en santé, dont la Fondation UGA et la communauté scientifique grenobloise constituent un maillon essentiel » selon Roland Berthilier, président du Groupe MGEN.

Soutenez le projet

Publié le 6 avril 2020
Mis à jour le 20 mai 2020

Vous aimerez peut-être aussi