Maurice Manificat, médaillé olympique, vice-champion du monde ski de fond et premier étudiant diplômé d’Inter’Val © Shutterstock
Maurice Manificat, médaillé olympique, vice-champion du monde ski de fond et premier étudiant diplômé d’Inter’Val © Shutterstock
Sport
Article
Cette saison encore, les étudiants sportifs de haut niveau de l’UGA ont multiplié les podiums et les performances dans les plus grandes compétitions internationales de sports d’hiver. Malgré la crise sanitaire, ces champions sont aussi en grande réussite universitaire. À un an des JO d’hiver de Pékin, retour sur le dispositif Inter’Val : un dispositif d’accompagnement unique en France.
Poursuivre des études universitaires et s’engager dans un projet sportif de haut niveau est un véritable défi pour les spécialistes de sport d’hiver. Pour ne pas avoir à choisir entre les deux, l’Université Grenoble Alpes, les fédérations françaises de sport d’hiver (ski, hockey sur glace, patinage) et l’Agence nationale du sport mutualisent leurs moyens au sein d’un dispositif innovant et unique en France : Inter’Val.

Lors de cette année universitaire 2020-2021, 102 étudiants sportifs de haut niveau (SHN), engagés sur le circuit de compétitions internationales, bénéficient de ce dispositif d’accompagnement au sein de l’UGA.

Un dispositif organisé autour des contraintes sportives et des projets des étudiants SHN

L’essence même d’Inter’Val est sa capacité à s’adapter à la situation de chacun : Les étudiants choisissent une filière d’étude non pas par défaut car elle est aménagée, mais bien parce qu’elle permet d’accéder, post-carrière, au secteur de métier de son choix. Ils n’ont pas à adapter leurs contraintes sportives aux créneaux de cours, c’est la scolarité qui s’adapte à leurs contraintes d’entraînement. Au sortir de la saison d’hiver, force est de constater que cette capacité d’adaptation a porté ses fruits.

Contrairement à bien d’autres étudiants, les "Inter’Val" ont continué à avancer dans leurs études malgré la crise sanitaire. Ceci grâce à une formation hybride "sur-mesure", qui alterne étude de supports numériques, cours à distance, cours en présentiel. Cet accompagnement personnalisé a permis à ces étudiants de poursuivre et de réussir leurs études dans des filières universitaires très variées et choisies sciemment et ce tout en étant en réussite dans les plus grandes compétitions internationales.

Une réussite au double projet dans toutes les filières de formation

Sans être exhaustif, nous pouvons par exemple citer Delphine Claudel qui a décroché en coupe du monde une médaille de bronze historique pour le ski de fond français. Delphine est étudiante dans la seule Licence STAPS "hybride" en France.

Arthur Bauchet, étudiant SHN à l’UGA © CPSF - L. Percival
Arthur Bauchet a remporté une nouvelle fois cette année le globe de cristal de la coupe du monde de para ski alpin, tout en poursuivant une licence de physique. Engagées sur le circuit mondial de saut à ski pour l’une et du combiné nordique pour l’autre, Julia Clair et Léna Brocard sont respectivement étudiantes en licence professionnelle "Métiers de la gestion et de la comptabilité" et en DUT Technique de commercialisation en enseignement à distance à l’IUT2, qui leur propose un système hybride complètement adapté à leurs contraintes.

Coline Keriven a participé à ses premiers championnats du monde de patinage en couple en 2021 et vient de valider 3 unités d'enseignement (UE) de sa licence d’informatique. Quant à Liam Tourki, auteur cette saison de 2 top 10 en coupe d'Europe de half-pipe, il a participé pour la 4e année consécutive à la coupe du monde de snowboard. Étudiant en Licence de géographie, il bénéficie de toute l’expérience d’une équipe qui accompagne Pierre Vaultier (double champion olympique de snowboardcross) vers la validation de son diplôme en juillet.

Des projets ambitieux également dans les grandes écoles et instituts

Quatre étudiants Inter’Val, engagés dans des projets d’études ambitieux, se sont particulièrement distingués lors de cette saison hivernale, en étant en grande réussite à la fois sportive et universitaire.

Tifany Huot-Marchand, étudiante SHN à l’UGA
Etudiante en master dans une formation complètement ré-aménagée pour devenir professeure des écoles, Tifany Huot-Marchand a décroché, avec ses coéquipières de l’équipe de France de short-track, les titres de championnes d’Europe et de vice-championnes du monde du relais. Deux titres historiques obtenus alors qu’elle validait en même temps deux UE.

Elève-ingénieur en 3e année à Polytech Grenoble, Léo Le Blé Jaques est monté lui sur la 3e marche du podium des championnats du monde par équipe de snowboard cross. Maela Didier, jeune internationale de combiné nordique, valide pendant l’hiver 4 UE à Sciences Po Grenoble. Coralie Frasse-Sombet, en 3e année d’école de kiné a pris la 3e place du géant de la coupe d’Europe de ski alpin et a signé deux belles performances sur les championnats du monde 2021 (9e du slalom géant parallèle et 14e du slalom géant).

Ne pas avoir à choisir entre une carrière "olympique" et l’insertion professionnelle

Les capacités d’adaptation permises par Inter’Val permettent d’envisager sereinement un double projet ambitieux pour la jeune génération, soucieuse de sa réussite sportive mais également de son insertion professionnelle post-carrière.

On peut ici donner l’exemple du biathlon, discipline phare du dispositif Inter’Val, avec plusieurs sportives maintenant diplômées, et médaillées olympiques et mondiales (Marie Dorin Habert, Anaïs Chevalier Bouchet, Anaïs Bescond). Les jeunes ne sont pas en reste : lors des derniers championnats d’Europe (anti chambre du haut niveau), 7 des 11 membres de l’équipe de France étaient étudiants SHN à l’UGA. Ils représentaient la moitié de la délégation tricolore (4 athlètes engagés sur 8) lors des championnats du monde junior où ils ont remporté 6 médailles dont 4 en or.

Emilien Claude, étudiant SHN à l’UGA
Mention spéciale pour Emilien Claude, 3 fois champion du monde ! Emilien marche avec succès sur les traces de Fabien, son frère en équipe de France A, mais aussi de Florent, son aîné et international belge, tous 2 diplômés de l’UGA. La relève de l’équipe de France et de l’UGA est bien là, et les jeux 2022 sont en ligne de mire !

En 2014, 14 étudiants de l’UGA ont participé aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Sotchi où ils ont remporté 4 médailles paralympiques et 3 médailles olympiques. Lors des derniers Jeux d’hiver, ce sont 18 étudiants et jeunes diplômés de l’UGA qui étaient sur les pistes de PyeongChang. Une olympiade où ils ont décroché 2 médailles paralympiques et 6 médailles olympiques, soit 40% des médailles tricolores. 14 en 2014, 18 en 2018, on attend avec impatience les sélections pour les JO de Pékin en 2022 !
Publié le29 mars 2021
Mis à jour le10 mai 2021

Vous aimerez peut-être aussi