Camille Crouzet, CEO de HyMag'in
Camille Crouzet, CEO de HyMag'in
Sciences et technologies
Article
À la frontière entre l’ingénierie, les géosciences et les sciences des matériaux, la start-up HyMag’in est le fruit des travaux de recherche menés par son fondateur, Camille Crouzet, durant son doctorat au sein de l'Institut des Sciences de la Terre.
HYMAG’IN est une start-up en cours de création qui développe un procédé industriel innovant de recyclage des déchets ferreux fins (sables/poussières) permettant de produire deux types de matériaux à forte valeur ajoutée :
  • de la magnétite : un oxyde de fer utile dans une large gamme d’applications telles que le traitement des eaux (élimine les métaux lourds type arsenic, les pesticides ou les médicaments), la dépollution des sols ou la protection contre les ondes
  • de l’hydrogène : utile pour le stockage de l'énergie ou l'alimentation d'une mobilité propre
Portée par Céline Bonnaud (directrice R&D d'HYMAG'IN, ingénieur INP, docteur UGA) et Camille Crouzet (directeur général d'HYMAG'IN, ingénieur INP, docteur UGA), HYMAG’IN est le fruit de plusieurs années de recherches menées au sein de l'Institut des sciences de la terre (ISTerre / OSUG - UGA, CNRS, USMB, IRD, IFSTTAR). En effet, ce procédé breveté est géo-inspiré, c'est-à-dire issu d'une transposition de processus observés dans la nature appliqués dans un contexte industriel. Il reproduit en effet les réactions géochimiques à l'origine de la production naturelle d'hydrogène observées au fond des océans.

Après avoir réussi à produire en mode semi-continu sur un large panel de déchets ferreux, l'équipe se focalise désormais sur la réalisation, à l’échelle de deux ans, d’un pilote industriel (pré-usine) pouvant traiter 1 000 tonnes de déchets par ans. L’objectif sur le long terme est de créer une nouvelle filière de traitement des particules fines ferreuses, déchets qui ne sont actuellement pas recyclés (stockés ou enfouis) car trop fins pour être injectés dans des fours standards. A l'échelle mondiale,la production annuelle de ces déchets ferreux fins atteint plusieurs centaines de millions de tonnes par an.

En transformant les déchets d’une industrie en matériaux à forte valeur ajouté, notamment pour la dépollution des eaux et de sols, HYMAG’IN s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. C’est un cercle vertueux qui présente de nombreux avantages sur les plans écologiques, sociaux et économiques. En effet, pour une tonne de déchet traités, on peut produire jusqu’à 800 kg de magnétite et 7kg d’hydrogène (1kg d’hydrogène = 100 km d’autonomie en voiture).




Publié le 28 mars 2018
Mis à jour le 5 avril 2018

Vous aimerez peut-être aussi