L'imprimante 3D Altraspin
L'imprimante 3D Altraspin
Sciences et technologies
Article
Les "3D Printing Industry awards" récompensent chaque année les références mondiales de l’impression 3D. Le grenoblois Microlight3D, qui a dévoilé il y a quelques semaines la première imprimante 3D compacte à résolution sub-micronique Altraspin, devient le premier fabricant français nominé à ce prestigieux prix.
Une imprimante 3D « made in France » sur le point de devenir une référence internationale. C’est le beau défi qu’est en train de relever la jeune société grenobloise Microlight3D.

Forte du transfert de la technologie de micro-impression 3D issue du laboratoire LIPhy (UGA/CNRS), l'entreprise est installée depuis 2017 dans la pépinière et hôtel d'entreprises Biopolis de l'Université Grenoble Alpes.

Il y a quelques semaines, Microlight3D dévoilait sa dernière machine au salon BIOS/Photonics West de San Francisco. Cette imprimante 3D se veut être une petite révolution dans le domaine de l’impression 3D ultra-précise. En effet, la technologie de polymérisation à deux photons qui permet une finesse d’écriture inférieure au micron était auparavant destinée aux laboratoires de recherche. Avec Altraspin, elle est désormais accessible aux industriels à travers une imprimante 3D compacte et clé-en-main.

Cette innovation a manifestement tapé dans l’œil des organisateurs des prestigieux 3D Printing Industry Awards. Déjà considérés comme les « Oscars » de l’impression 3D, ces trophées sont remis par « 3D Printing Industry », le plus grand média d’impression 3D au monde.
Dans sa catégorie, Microlight3D devra faire face aux géants de l’impression 3D : HP, Carbon ou encore Stratasys.

« Cette nomination est déjà une très belle reconnaissance. Que notre entreprise se retrouve associée à des noms aussi prestigieux est d’excellente augure pour l’avenir de Microlight3D » se réjouit Denis Barbier, CEO de Microlight3D.
 
Publié le 26 février 2019
Mis à jour le 26 février 2019

Vous aimerez peut-être aussi