Campus
Article
Le 26 novembre dernier, cinq personnalités scientifiques internationales ont officiellement reçu le titre et les insignes de Docteur Honoris Causa de l’Université Grenoble Alpes.
"Conformément à la délibération du conseil d’administration de l’Université Grenoble Alpes, et au vu de l’avis favorable du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, j’ai l’honneur, au nom de notre communauté universitaire, de vous conférer le titre de Docteur Honoris Causa de l’Université Grenoble Alpes et de vous en remettre les insignes, l’épitoge et le diplôme."

Après avoir distingué en novembre 2017 Rafael Correa, Président de la République de l’Équateur pendant près de 10 ans, universitaire et économiste, l’Université Grenoble Alpes est fière de pouvoir compter parmi ses Docteur Honoris Causa, cinq nouvelles personnalités scientifiques internationales :
  • Albert Bandura, professeur émérite en psychologie à l’Université de Stanford (États-Unis),
  • Sandra Díaz, professeure en écologie des communautés et écosystèmes à l’Universidad Nacional de Córdoba (Argentine),
  • Patrick Paultre, professeur en génie civil à l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada),
  • Helmut Schober, physicien et directeur de l’Institut Laue-Langevin,
  • Moshe Y. Vardi, professeur d’informatique à l’Université Rice (États-Unis)

Les nouveaux Docteurs Honoris Causa de l’Université Grenoble Alpes et leurs parrains-marraines, en présence de Patrick Lévy, président de l’université et d’Eric Saint-Aman, vice-président recherche.

Distinguées pour l’excellence de leurs travaux de recherche, leurs contributions exceptionnelles aux sciences et techniques, et pour leurs liens avec l’Université Grenoble Alpes, ces cinq éminentes personnalités ont officiellement reçu le titre et les insignes de Docteur Honoris Causa le 26 novembre dernier lors d’une cérémonie organisée à l’Amphidice.

Le titre de Docteur Honoris Causa est l’une des plus prestigieuses distinctions décernées par les universités françaises. Ce titre honorifique est attribué depuis 1918 "à des personnalités de nationalité étrangère en raison de services éminents rendus aux arts, aux lettres, aux sciences et techniques, à la France ou à l'établissement qui décerne le titre".

Retour en images sur la cérémonie
les futurs Docteurs Honoris Causa de l’UGA après leur entrée solennelle sur le 1er concerto Brandebourgeois de Johann Sebastian BachOuverture de la cérémonie par Patrick Lévy, président de l’UGARemise de l’épitoge à Sandra Díaz par Patrick Lévy Sandra Díaz entourée de son parrain, François Pompanon, Sandra Lavorel et du président de l’UGAPatrick Paultre entouré de son parrain, Laurent Daudeville et du président de l’UGADiscours de Patrick Paultre Eloge d’Helmut Schober par son parrain Konstantin ProtassovHelmut Schober entouré de son parrain, Konstantin Protassov et du président de l’UGAIntermède musical par l’Orchestre des campus de GrenobleRemise symbolique des insignes de Docteur Honoris Causa à Albert Bandura (excusé pour la cérémonie)Moshe Y. Vardi entouré de sa marraine, Florence Maraninchi et du président de l’UGAPhoto de groupe en présence de Max Maldacker, consul général d’Allemagne à Lyon, de Fabien Malbet, maire-adjoint de Grenoble, et d’Aymeric Meiss, directeur de cabinet de la rectrice de l’académie de Grenoble
Présentation des Docteurs Honoris Causa 2019

Albert Bandura
Professeur émérite en psychologie à l’Université de Stanford (États-Unis)
Parrain : Laurent Bègue, professeur à l’Université Grenoble Alpes et au Laboratoire inter-universitaire de psychologie (LIP/PC2S)
En raison de son grand âge, Albert Bandura n’a pas pu faire le déplacement des États-Unis pour participer à la cérémonie.

Né au Canada, Albert Bandura est considéré comme l’un des psychologues sociaux les plus influents du 20e siècle. Il est notamment connu pour sa théorie de l'apprentissage social, qu'il a renommée théorie sociale cognitive, et les concepts relatifs à cette théorie en particulier le concept d'auto-efficacité. En savoir plus.

Sandra Díaz
Professeure en écologie des communautés et écosystèmes à l’Universidad Nacional de Córdoba (Argentine)
Parrain : François Pompanon, professeur à l’Université Grenoble Alpes et directeur du Laboratoire d’écologie alpine (LECA)

Figure marquante de l’écologie des communautés et des écosystèmes, Sandra Díaz a joué un rôle pionnier dans une approche qui a renouvelé l’écologie en permettant de mieux comprendre comment le changement climatique, les modifications des pratiques agricoles et les activités humaines impactent les écosystèmes. En savoir plus.

Patrick Paultre
Professeur en génie civil à l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada)
Parrain : Laurent Daudeville, professeur à l’Université Grenoble Alpes et au laboratoire Sols, solides, structures, risques (3SR)

Chercheur mondialement reconnu en dynamique des structures en béton, en caractérisation dynamique expérimentale à grande échelle et en génie parasismique, Patrick Paultre fait partie des toutes premières personnalités scientifiques nord-américaines. Son expertise a amené à revoir les préconisations des codes de construction des structures en béton. En savoir plus.

Helmut Schober
Professeur de physique, directeur de l’Institut Laue-Langevin à Grenoble
Parrain : Konstantin Protassov, professeur à l’Université Grenoble Alpes et au Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie (LPSC/IN2P3)

Helmut Schober est l’un des plus grands spécialistes de la physique avec des neutrons. Depuis 2016, il est directeur de l’Institut Laue-Langevin (ILL), où il a effectué la plus grande partie de sa carrière. De rayonnement international, l’ILL est le premier centre mondial en sciences et technologies neutroniques. En savoir plus.

Moshe Y. Vardi
Professeur d’informatique à l’Université Rice (États-Unis)
Marraine : Florence Maraninchi, professeure à Grenoble INP (Ensimag) et directrice du laboratoire VERIMAG

Moshe Y. Vardi est l’auteur de contributions majeures dans quatre domaines de l’informatique : la théorie des bases de données, la logique de la connaissance, la vérification de programmes et la théorie des modèles finis. Ce chercheur éminent s’interroge aussi sur l'impact des technologies sur notre société et sur la responsabilité des informaticiens. En savoir plus.

Publié le 28 novembre 2019
Mis à jour le 28 novembre 2019

Vous aimerez peut-être aussi